Eaux de baignade : le défi gagné de la qualité

04.07.2016

Les 14 zones de baignade de l’Agglomération Sud Pays Basque sont ouvertes du 01 juillet au 31 août avec certaines plages déjà surveillées depuis le mois de juin. Pour offrir une qualité d’eaux de baignade irréprochable, les équipes, les élus et les partenaires de l’Agglomération Sud Pays Basque travaillent toute l’année.

« Informer sans tabous » est le mot d’ordre de l’Agglomération Sud Pays Basque concernant la gestion des eaux de baignade de son territoire. Dans un supplément de quatre pages publié par l’édition Pays basque du quotidien Sud Ouest du 30 juin 2016, Peyuco Duhart, président de l’Agglomération Sud Pays Basque et maire de Saint-Jean-de-Luz, précise en plus que c’est « un souci permanent de qualité » qui guide les actions des élus et agents de la collectivité.

L’Agglomération Sud Pays Basque compte 14 zones de baignade : 13 sur la Côte et une au lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Si quelques plages sont surveillées de juin à septembre, c’est en juillet et août que l’intégralité des 14 zones de baignade est sous la surveillance de maitres nageurs sauveteurs mais c’est toute l’année que l’on travaille à maintenir et préserver la qualité des eaux de baignade.
L’Agglomération Sud Pays Basque est un territoire innovant  qui a développé des outils efficaces dans le cadre d’un contrat de recherche avec RIVAGES PRO TECH afin de répondre au défi de la qualité des eaux de baignade dépendant d’exigeantes réglementations européennes.

Ainsi les équipes de l’Agglomération Sud Pays Basque et leurs partenaires évaluent quotidiennement les causes de pollutions potentielles. On surveille attentivement les prévisions météorologiques car c’est la pluie qui est à l’origine de 95% des fermetures préventives de plage.
On surveille en temps réel les ouvrages d’assainissement (infrastructures, bassins de stockage) avec l’appui des exploitants (Lyonnaise des eaux et AGUR) et des investissements sont conduits sur les infrastructures ou la réhabilitation des réseaux d’assainissement. « Pour l’assainissement, ce sont 25 000 euros par jour qui sont investis par l’Agglomération Sud Pays Basque » assurait Peyuco Duhart au quotidien Sud Ouest

Des travaux de prévention efficaces

Grâce à plusieurs outils de gestion réglementaire (profil de vulnérabilité) ou innovants (analyses rapides, outil de modélisation), une évaluation de risque permet de délivrer un conseil chaque jour aux maires des communes. A eux de décider de l’ouverture ou de la fermeture des zones de baignade. Il peut faire beau mais des problèmes provenant des rivières en amont du littoral peuvent hélas contraindre un maire à suspendre provisoirement l’autorisation de baignade dans la commune dont il a la responsabilité. 

Le travail de prévention a été bien mené puisque l’on compte 8 à 10 jours maximum de fermeture préventive annuelle sur la baie de Saint-Jean-de-Luz / Ciboure : un site très sensible en raison des deux cours d’eau qui s’y déversent. Pour améliorer la qualité des eaux de baignade à Socoa, un bassin de stockage est en cours de création au niveau du stade d’Urrugne. Les deux plages nord et sud de Saint-Jean-de-Luz ont obtenu leur troisième étoile à l’issue de la saison 2015, signifiant une excellente qualité de l’eau au regard de la Directive européenne de 2006, preuve de l’efficacité des travaux et des mesures de prévention. Pour les plages d’Hendaye et de Guéthary, on dénombre en moyenne annuelle seulement deux jours maximum de fermeture préventive.

Photo : la plage de Lafitenia à Saint-Jean-de-Luz.

Pour « informer sans tabous » des totems sont implantés sur les plages et le site web de l’Agglomération Sud Pays Basque propose une carte interactive des plages avec toutes les informations relatives à la qualité des eaux de baignade : http://www.agglo-sudpaysbasque.fr/eau-environnement/eaux-de-baignade/carte-des-plages.html

© Copyright 2016, Tous droits réservés

 

 

Crédits